Recherche

La fabrique matérielle et imaginaire d’une des plus grandes villas du monde romain

Si elle est un des monuments les plus célèbres de Pompéi, la villa de Diomède n’avait pourtant jamais encore fait l’objet d’une étude archéologique d’envergure, à la mesure de ses caractéristiques exceptionnelles.


Localisation de la villa Diomède et d’autres grandes villas de Pompéi
  • Localisation de la villa Diomède et d’autres grandes villas de Pompéi
  • © Villa Diomedes Project

En premier lieu, la villa est un des premiers édifices dégagés à Pompéi (1771-1775). Le responsable des fouilles, Francesco La Vega, un ingénieur militaire au service du roi Charles de Bourbon, a produit des rapports d’une extrême précision, assortis de relevés, l’ensemble constituant une documentation exceptionnelle.

En second lieu, L’excellente préservation de la Villa de Diomède et son voisinage immédiat avec l’entrée nord de Pompéi, où se garaient alors les carrosses des rares privilégiés autorisés à fréquenter le site à la fin du XVIIIe siècle, en font alors un des monuments les plus emblématiques du Grand Tour en Italie, abondamment décrit et reproduit par des artistes et architectes.

Plan de la villa Diomède et voisinage
  • Plan de la villa Diomède et voisinage
  • © Villa Diomedes Project

En troisième lieu, elle est un des plus grands chantiers de construction à Pompéi, à l’extérieur du périmètre urbain, près de la Porte d’Herculanum ; articulée sur quatre niveaux, elle se déploie sur plus de 3700 m2, avec une vue panoramique sur le golfe de Naples, face à l’île de Capri.

Enfin, la conservation de ses décors, bien qu’érodés aujourd’hui, est particulièrement intéressante, plusieurs pièces du niveau inférieur ayant conservé les peintures d’origine sur les plafonds voûtés.

 

Afin d’étudier le monument dans toutes ses composantes, différentes méthodes ont été conjuguées :

  • Collecte et analyse des archives historiques consacrées à la villa, au total 560 documents identifiés : base images.
  • Inventaire des graffitis laissés par les voyageurs du Grand Tour dans la villa, en sollicitant l’imagerie scientifique (IR, UV, RTI). Plus de 1200 noms ont été recensés, depuis la fin du XVIIIe siècle.
  • Informatique et modélisation 3D. Le point de départ a été la mise en place d’une maquette numérique de la villa dans son état actuel. Les dessins historiques des architectes du XIXe siècle et les relevés archéologiques produits dans le cadre de ce projet y ont ensuite été projetés, comme autant de calques interprétatifs.
    Ainsi, le modèle 3D fonctionne comme une véritable machine à remonter le temps, qui restitue l’évolution de la villa sur la longue durée et en propose la visite virtuelle au moment de sa découverte.
  • Archéologie de la construction et du décor (étude des structures en place, sans recourir à des fouilles) : stratigraphie des élévations et caractérisation des techniques de construction, au moyen de bases de données spécifiques et d’un système d’information géographique : ACOR. Au total, cinq étapes d’édification ont été distinguées pour la période romaine, du début du IIe siècle av. J.-C. à 79 ap. J.-C. Endommagée par les tremblements de terre qui ont précédé l’éruption du Vésuve, la villa se trouvait en plein chantier de construction en 79 ap. J.-C.
  • Ingénierie des structures et caractérisation de la vulnérabilité du bâti.
  • Analyse du parcellaire et des formes de propriété dans ce secteur de Pompéi.
  • Prospections géophysiques à l’extérieur et à l’intérieur de la villa, qui ont permis de mettre en évidence un ensemble de pièces souterraines appartenant à la première phase du bâtiment.
  • Cartographie et identification des objets provenant de la villa, avec une soixantaine de pièces identifiées dans les collections Musée archéologique national de Naples.

 

Vidéo de présentation du Projet Diomède par Alban-Brice Pimpaud à voir aussi sur Vimeo.

Contact


Envoyer un message

Partenaires

© 2013 -2021  — Villa Diomedes Project