Recherche

La villa de Diomède est un des monuments les plus célèbres de Pompéi qui pourtant n’a jamais fait l’objet d’une étude archéologique d’envergure. L’objectif de ce projet est d’associer des méthodes innovantes, appuyées à la fois sur les sciences humaines et les sciences « dures », afin d’explorer cet important édifice et de mettre en évidence ses caractéristiques exceptionnelles, liés à plusieurs spécificités.

En premier lieu, la villa est un des premiers édifices excavés à Pompéi (1771-1775) et, pour cette raison, un des plus souvent décrits et représentés dans les archives d’architectes et de voyageurs au cours du XIXe siècle.
En second lieu, elle est un des plus grands chantiers de construction à Pompéi, aménagée sur trois niveaux à l’extérieur du périmètre urbain, couvrant une superficie d’environ 3500 m2.
En troisième lieu, son état de conservation est particulièrement intéressant, plusieurs pièces du niveau inférieur ayant conservé les peintures d’origine sur les plafonds.

 

Vidéo de présentation du Projet Diomède :

 

*Méthodes

**Un modèle photogrammétrique en 3D

Vue aérienne de la villa par drone (Iconem)
Vue aérienne de la villa par drone (Iconem)
Modèle photogrammétrique en 3D
Modèle photogrammétrique en 3D

Modèle photogrammétrique en 3D basé sur 3 étapes de travail : (1) modèle photogrammétrique (2) modèle brut, sans la texture photographique ; (3) projection dans le modèle d’une archive datant de 1810 environ, avec un plan réalisé par l’architecte François Mazois.

Le point de départ pour cette analyse est une nouvelle méthode développée par un groupe d’informaticiens appartenant à l’équipe Willow (UMR 8548, ENS-Inria-CNRS), en collaboration avec la société Iconem et le centre de recherche commun Inria-Microsoft Research, qui permet la construction automatique d’un modèle photogrammétrique 3D et son alignement avec des images d’archives. Deux campagnes exploratoires conduites dans la villa en avril 2012 et mars 2014 ont donné lieu à une couverture complète du bâtiment, grâce à l’utilisation innovante d’un drone pour survoler la villa et ses environs.

**Intégration d’archives graphiques et photographiques dans le modèle 3D

Le même mur, en 2012 et 1810 (dessin de F. Mazois)
Le même mur, en 2012 et 1810 (dessin de F. Mazois)

Etant un des premiers bâtiments dégagés à Pompéi, la villa est aussi un des plus souvent représentés dans les archives d’architectes et de voyageurs au cours du XIXe siècle. Jusqu’à présent, près de 350 documents ont été réunis à partir de différentes collections publiques et privées. Ces documents témoignent de l’état de découverte des peintures murales, aujourd’hui fortement détériorées, si elles n’ont pas entièrement disparues. Intégrées au modèle 3D, elles rendent possibles une visite virtuelle de la villa au moment de sa découverte et matérialise son évolution graduelle, révélant les effets de l’érosion et les interventions de restauration. Cette méthode a déjà prouvé son efficacité dans un travail préliminaire mené sur la Maison de Championnet à Pompéi, mené par l’équipe (2007-2012).
Lire aussi cet article sur le site du département d’informatique de l’ENS

**Archéologie du chantier de construction de la villa

Etat de conservation d’un des murs de la villa dans les années 1790
Etat de conservation d’un des murs de la villa dans les années 1790

Une étude détaillée de tous les murs de la villa permet de fournir une chronologie relative du bâtiment, en association avec une analyse des peintures pariétales et des pavements mosaïqués. A travers la mise en évidence des portions reconstruites de la villa, il sera possible de comprendre son l’histoire sur le long terme, d’identifier les différentes étapes de construction et de les visualiser dans le modèle en 3D. L’intérêt d’une telle étude est de pouvoir analyser pour la première fois dans le détail un grand chantier de construction privé à Pompéi, seuls des chantiers publics, lies à des temples, ayant été explorés jusqu’à présent de la sorte.

**Caractérisation des matériaux de construction et analyse structurelle

Maçonnerie de moellons de tufs volcaniques
Maçonnerie de moellons de tufs volcaniques

Maçonnerie de moellons de tufs volcaniques. Portion de mur reconstruite probablement suite à un épisode sismique.

Une des caractéristiques de la villa est qu’elle a été en partie reconstruite suite au violent tremblement de terre qui a ravagé la ville de Pompéi 17 ans avant l’éruption final de 79 ap. J.-C. La collaboration avec géologues et des ingénieurs structuralistes en fera ainsi un laboratoire privilégié afin d’explorer les savoirs et les techniques des bâtisseurs anciens face au risque sismique. Cette thématique a été relativement peu abordée dans l’histoire de l’architecture romaine. Elle se trouve au centre de l’ANR RECAP, qui l’élargit au site de Pompéi tout entier.

Une histoire différente du “Grand Tour” et du tourisme à Pompéi

Exemple de graffitis laissés par les voyageurs sur les murs de la villa.
Exemple de graffitis laissés par les voyageurs sur les murs de la villa.

De célèbres auteurs, comme François-René de Chateaubriand ou Théophile Gautier, ont décrit la villa dans leurs œuvres. Il est possible d’étudier, dans la villa elle-même, cette mémoire textuelle : de nombreux graffitis, produits par les voyageurs depuis la fin du XVIIIe siècle, sont présents sur les murs des plus belles pièces.

Visite du jardin par Caroline Bonaparte et Joachim Murat
Visite du jardin par Caroline Bonaparte et Joachim Murat

Ces témoignages permettent d’identifier des figures importantes du Grand Tour (comme Jean Abraham André II Poupart de Neuflize, Nicolas Suchelet, ou le Comte de Cavour) et de reconstruire avec précision les « flux touristiques » en fonction des différentes nationalités représentées, tout au long du XIXe siècle.

 

*Objectifs

Ce projet peut se prévaloir d’un impact scientifique et patrimonial important sur le site de Pompéi, une des aires archéologiques les plus visitées au monde, avec deux millions de visiteurs par an. Pour la première fois dans l’histoire de Pompéi, sera produit un modèle virtuel en 3D des différentes phases de construction du bâtiment et de son état de conservation au moment de sa destruction par le Vésuve en 79 ap. J.-C.

Intégration de la vue d’H. Wilkins (1819) dans le modèle 3D
Intégration de la vue d’H. Wilkins (1819) dans le modèle 3D

Par ailleurs, le projet permettra de valoriser différents objets du patrimoine et de les associer : les vestiges conservés et les fonds d’archives, disséminés dans différentes collections (Musée archéologique de Naples, Bibliothèque nationale de France, Royal Institute of British Architects,…). Au-delà de cette étude de cas, ce programme favorisera le développement de nouvelles technologies pour l’étude du patrimoine archéologique, comme l’application de l’informatique à l’analyse du bâti et se prêtera à des stages de formation universitaires.

 

Résultats

Différentes échelles de résultats pratiques seront proposés. Pour la communauté scientifique, nous proposerons un volume collectif entièrement consacré à cette villa exceptionnelle, envisagée comme un laboratoire exemplaire pour analyser une villa aristocratique maritime à Pompéi. Chaque spécialiste impliqué dans le projet sera responsable d’un chapitre.
Pour le grand public, les résultats seront présentés sur le site web, à travers des restitutions numériques et interactives de la villa, comme une vidéo. C’est le seul moyen de reconstituer l’aspect d’origine de la villa, par l’insertion virtuelle des peintures et mosaïques qui ont disparu ou se trouvent déplacées dans d’autres lieux de conservation (Reggia de Portici, Musée archéologique de Naples, Musée du Louvre). Une maquette obtenue par une impression en 3D reconstituera la villa au moment de sa découverte.

*Plan de travail

**2014

- Campagne de terrain dans la villa (60 jours) : stratigraphie des murs, étude des pavements et des peintures murales.
Etude des pavements de la villa conservés dans la Reggia de Portici et le Musée archéologique de Naples.
- Catalogue des archives graphiques et photographiques.
- Couverture infrarouge des graffitis modernes.

**2015

- Campagne de terrain dans la villa (60 jours) : stratigraphie des murs, étude des pavements et des peintures murales.
- Finalisation du modèle 3D de la villa intégrant les archives.

**2016

- Campagne de terrain dans la villa (30 jours) : stratigraphie des murs, étude des pavements et des peintures murales.
- Finalisation du modèle 3D de la villa intégrant les données de l’étude archéologique avec la mise en évidence des différentes phases de la villa.

**2017

- Finalisation de la monographie collective,
- Finalisation du modèle 3D complet de la villa et dissémination des résultats.

 

Références bibliographiques :

- Hélène Dessales, Jean Ponce, Clothilde Boust, Guilhem Chapelin, Mathilde Carrive, Julien Cavero, Arnaud Coutelas, Rita Deiana, Marco Di Ludovico, Giuseppina De Martino, Julien Dubouloz, Éloïse Letellier-Taillefer, Anne Maigret, Gaetano Manfredi, Frédérique Marchand-Beaulieu, Andrea Milanese, Claudio Modena, Florence Monier, Ambre d’Harcourt-Péron, Alban-Brice Pimpaud, Andrea Prota, Enzo Rizzo, Amedeo Rossi, Alfonso Santoriello, Agnès Tricoche et Maria Rosa Valluzzi, « Pompéi. Villa de Diomède. Campagne d’étude 2015 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Les cités vésuviennes. A lire sur cefr.revues.org.

- Hélène Dessales, Jean Ponce, Mathilde Carrive, Julien Cavero, Julien Dubouloz, Éloïse Letellier, Frédérique Marchand- Beaulieu, Florence Monier, Ambre Péron, Agnès Tricoche et Yves Ubelmann, « Pompéi. Villa de Diomède. Campagne d’étude 2014 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Les cités vésuviennes. A lire sur cefr.revues.org.

- Hélène Dessales, Jean Ponce, Éloïse Letellier, Frédérique Marchand- Beaulieu, Florence Monier, Ambre Péron et Yves Ubelmann, « Pompéi. Villa de Diomède. Campagne d’étude 2013 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Les cités vésuviennes. A lire sur cefr.revues.org.

- Alessandro Mandolesi, Scienze “esatte” per Diomede, Archeo, n°359, gennaio 2015, p. 10-12.

- Ambre d’Harcourt, « Retour à Pompéi », Histoire, n°405, 2014, p. 28-29.